#Un pays où j'ai appris : 1er prix du concours photo

15 Février 2017
Le Japon et Kyoto, un pays et une ville qui m'ont tant appris, sereinement...

Un pays où j'ai appris et qui m'a changée... le Japon et surtout Kyoto. 

Ici j'ai appris à apprécier la beauté du monde qui nous entoure. Mais ce pays et surtout ces habitants m'ont enseigné à garder mes yeux d'enfants et mon émerveillement quotidien.
Au fil de mes promenades, il n'est pas rare de voir des Japonais souvent âgés qui se baladent munis d'un appareil photo, près à immortaliser des petites ruelles, un chat, un temple. Mais c'est en réalité surtout la nature qu'ils viennent admirer, capturer.

Les Japonais sont émerveillés par la nature et les changements de saison.

Toute l'année qu'il neige ou qu'il pleuve, ils se promènent et admirent la beauté de la nature sans jamais paraître se lasser. Pourtant chaque année, Kyoto est embelli par de jolies tons roses pâles au printemps ou par de splendides couleurs écarlates en automne, mais à chaque fois, cette beauté saisonnière ne semble pas les lasser le moins du monde. 

Chaque saison est une fête et on profite de l'éphémère de toute chose.

Au début de mon séjour ici, en les observant, je me suis dit qu'ils devaient posséder plusieurs centaines de photos similaires, mais quand j'ai surpris leur regard ébahis, le sourire et l'émerveillement qui s'affichaient sur leur sourire, je me suis promise de moi aussi conserver ce regard plein d'insouciance. 

J'aime me balader dans les rues de Kyoto, apprécier les traditions présentes à chaque coin de rue mais également admirer ce que la nature a de plus beau à nous montrer au fil des saisons.
Kyoto est magique, cette ville a le pouvoir de vous transporter dans des temps lointains. 

Cette photo que j'ai choisie, le prouve. J'habite tout près de cet endroit, qui chaque jour est bondé de touristes du monde entier, qui souhaitent comme beaucoup découvrir les charmes de l'ancienne capitale impériale.
Mais le soleil couché, ces ruelles sont à moi. Loin des foules d'en plein jour, Kyoto est à moi, rien qu'à moi, je passe et repasse dans ces ruelles silencieuses et sombres. Et si je suis chanceuse, il m'arrive d'apercevoir une silhouette d'une maiko ou d'une geisha, tout droit sorti d'un autre temps. 

En un instant, j'oublie le temps présent et profite de ces moments privilégiés.

Depuis maintenant deux ans, je suis émerveillée par cette beauté qui m'entoure. 

Dans un mois, je terminerai ma mission de Volontaire international comme chargée de mission pédagogique au sein d'un Institut français et je quitterai cette ville et ce pays qui m'a tant appris, sereinement...

 

Publié par : Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports