L'action publique en faveur de la mobilité européenne et internationale des jeunes

24 Novembre 2017

Lors de son discours sur l’Europe du 26 septembre 2017 à la Sorbonne, le Président de la République a souhaité que d’ici 2024 « chaque étudiant [parle] au moins deux langues européennes » et que « la moitié d’une classe d’âge [ait] passé, avant ses 25 ans, au moins six mois dans un autre pays européen », soulignant ainsi le rôle de la mobilité des jeunes comme instrument d’échanges et de rencontres  entre jeunesses  mais aussi comme un moment d’apprentissage et de consolidation de savoirs.

A la fois vecteur d’inclusion sociale, de construction de soi mais aussi levier d’insertion  professionnelle, la mobilité internationale des jeunes demeure un enjeu permanent de l’action publique en faveur de la jeunesse.

Les politiques publiques de développement de la mobilité poursuivent les objectifs suivants :

  • Se doter d’une stratégie nationale partagée visant à augmenter le nombre de bénéficiaires et à diversifier les profils des jeunes qui font l'expérience de la mobilité,
  • Rendre plus lisible l’offre de mobilité européenne et internationale,
  • Mieux coordonner les acteurs impliqués pour proposer des réponses adaptées à tous les jeunes.

 

Cette stratégie nationale s’est concrétisée par la création d’instances rassemblant l’ensemble des acteurs de la mobilité :

Au niveau national, le Comité Permanent de la Mobilité Européenne et Internationale des Jeunes  a été créé enoctobre 2013. Cette instance qui se réunit une fois par an, associe l’ensemble des acteurs de la mobilité, l’État et ses opérateurs, les collectivités territoriales, les associations de jeunesse et d’éducation populaire, les organisations de jeunes et les bénéficiaires des programmes de mobilité.


Au niveau régional, des comités régionaux de la mobilité européenne et internationale ont été installés. Ce sont des instances stratégiques et politiques regroupant tous les acteurs locaux concernés, que leur action soit inscrite dans le cadre de l’éducation formelle, de l’éducation non-formelle ou du monde professionnel : services déconcentrés de l’Etat, collectivités territoriales, associations, jeunes.
Ces comités régionaux sont pilotés et présidés conjointement par les représentants de l’Etat (Préfet-Recteur) et le Président du Conseil régional.

La composition, les missions et le mode de fonctionnement de ces instances sont fixées par la Circulaire interministérielle du 23 février 2015. Depuis leur installation, ces instances, soutenues par des plateformes partenariales opérationnelles ont développé de multiples actions :

  • Réalisation de diagnostic territorial,
  • Réflexions et élaboration de pistes de travail,
  • Actions visant à améliorer la sensibilisation, l’accompagnement et la formation des travailleurs de jeunesse ainsi que celle des jeunes.

 

Publié par : Ministère de la ville de la jeunesse et des sports