La politique du Gouvernement

24 Mars 2016
La mobilité européenne et internationale des jeunes est une priorité de la politique du Gouvernement inscrite dans son plan "Priorité Jeunesse" depuis 2013.

Le Gouvernement a adopté, lors du Comité Interministériel de la Jeunesse du 21 février 2013, le plan "Priorité Jeunesse" qui vise à répondre aux attentes des jeunes en matière d’action publique. Considérant que la mobilité européenne et internationale des jeunes est un vecteur pertinent pour leur inclusion sociale et professionnelle, un chantier spécifique a été inclus dans le plan.

Piloté par le ministère de la ville, de la jeunesse et des sports,  ce chantier inscrit la mobilité européenne et internationale des jeunes comme axe prioritaire. Il poursuit les objectifs suivants :
• Rendre plus lisible l’offre de mobilité européenne et internationale destinée aux jeunes,
• Mieux coordonner les acteurs impliqués pour proposer des réponses adaptées au profil des jeunes,
• Se doter d’une stratégie nationale partagée visant à augmenter le nombre et diversifier le profil des jeunes bénéficiaires.

Ce chantier est mis en œuvre au niveau national et au niveau régional et toutes les actions engagées sont co-construites avec tous les acteurs concernés.

Au niveau national, l’installation du Comité Permanent de la Mobilité Européenne et Internationale des Jeunes dès octobre 2013 est une structure novatrice qui associe l’ensemble des acteurs de la mobilité, l’État et ses opérateurs, les collectivités territoriales, les associations de jeunesse et d’éducation populaire, les organisations de jeunes et les bénéficiaires des programmes de mobilité.


Cette instance se réuni une fois par an et a installé, depuis deux ans, des groupes de travail qui ont travaillé sur diverses thématiques et présenté des recommandations concrètes à mettre en œuvre :
• faciliter l’accès à la mobilité des jeunes en difficulté ou des jeunes ultra-marins,
• améliorer l’information, la communication et la lisibilité des programmes de mobilité,
• reconnaître et valoriser les compétences acquises lors d’une expérience de mobilité, notamment pour les jeunes peu ou pas diplômés,
• mettre en place des stratégies régionales pour la mise en œuvre du chantier sur les territoires.


Au niveau régional, ont été installés des comités régionaux de la mobilité européenne et internationale, instances stratégiques et politiques regroupant tous les acteurs locaux concernés que leur action soit inscrite dans le cadre de l’éducation formelle, de l’éducation non-formelle ou du monde professionnel : services déconcentrés de l’Etat, collectivités territoriales, associations, jeunes.
Ces comités régionaux sont pilotés et présidés conjointement par les représentants de l’Etat (Préfet-Recteur) et le Président du Conseil régional.


La composition, les missions et le mode de fonctionnement de ces instances sont fixées par la Circulaire interministérielle du 23 février 2015 signée par les quatre ministres concernés : ville, jeunesse et sports ; éducation nationale, enseignement supérieur et recherche ; travail, emploi, formation professionnelle et dialogue social ; agriculture, agroalimentaire et forêt.

coremob-14decembre2015.jpg
coremob-14decembre2015.jpg
© ministère de la ville de la jeunesse et des sports
 
Pour outiller les Comités régionaux, 20 plateformes régionales ont été financées par le Fonds d’expérimentation pour la jeunesse (FEJ) du ministère de la ville, de la jeunesse et des sports à hauteur de 3M€.  Elles ont engagées dès septembre 2015 leurs actions d’information, de formation et d’accompagnement des jeunes et des professionnels (professeurs, animateurs de jeunesse…).
Il doit être souligné l’importante mobilisation des acteurs à tous les niveaux pour mener à bien cette politique de mobilité européenne et internationale en faveur de tous les jeunes.
 
plateformes_regionales_de_la_mobilite.jpg
plateformes_regionales_de_la_mobilite.jpg
© ministère de la ville de la jeunesse et des sports
 
 
Publié par : Ministère de la ville de la jeunesse et des sports